JEUNESSE ET ENTREPRENEURIAT

Le chômage touche de plein fouet la jeunesse africaine. Les causes en sont la crise financière mondiale, l’explosion démographique,  l’absence de vision des  décideurs locaux mais aussi un désengagement total de la jeunesse dans l’entrepreneuriat.

Bien vrai que Créer son entreprise  tente les jeunes, cependant la, réalité entre la crise et les difficultés à financer leur boîte, les rebute.

Ceux qui s’y intéressent redoutent surtout de ne pas trouver de financements. La plupart se sentent obligés de passer par les banques. Or, bien souvent, ces organismes ne leur font pas confiance.

Le contexte économique et la frilosité des banques minent la fibre entrepreneuriale des jeunes. Un frein majeur auquel s’ajoute une méconnaissance des aides. Pour certains jeunes, l’entrepreneuriat est une affaire de riche, car les banques ne prêtent pas aux pauvres. Lorsqu’ils sont interrogés sur la question de l’entrepreneuriat des jeunes, ils ont presque tous les mêmes réponses : « Créer une entreprise dans le contexte actuel, c’est trop dur ».  Les jeunes doivent gagner en confiance pour entreprendre. L’école insiste peut-être trop sur le diplôme et pas sur les talents. Pourtant, la plus part des grand entrepreneurs n’ont pas brillé pendant leur scolarité.  Ils doivent Savoir que sans être très bon à l’école et sans beaucoup d’argent, on peut quand même réussir à force d’énergie et de volonté.

L’éducation a aussi sa part dans cette situation : quand les règles sont moins transmises, l’autorité moins exercée, il devient plus difficile d’élaborer une réelle confiance en soi-même. D’autant que les adultes, dans le même mouvement, font peu confiance aux jeunes. Ils sont jugés immatures, voire incompréhensibles, ne sont pas vraiment écoutés, encore moins responsabilisés. Le risque croissant est donc une marginalisation longue, l’extension de cette vie grise où de faux enfants peinent à devenir de vrais adultes.

Alors il devient facile de dénoncer l’instabilité de cette génération. On la dira incohérente, illogique, instrumentalisable, manipulable, politiquement incontrôlable. Encore un pas, et les jeunes  deviendront source de troubles à l’ordre public, danger potentiel pour la démocratie et le destin de la nation. Ce que personne ne peut croire. D’autant que les jugements inverses restent disponibles en cas de nécessité. Si besoin est, on fera aussitôt des mêmes jeunes les inventeurs de la société de demain, les dépositaires du dynamisme et de la création du pays, les porteurs de ses espérances. Ils ne méritent pas à mes yeux cette indignité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s